Fabriquer ses propres cosmétiques capillaires : par où et comment débuter ?

(le petit chemin qui mène à l'Océan, à Carcans)

.... J’ai reçu quelques messages de lectrices, qui souhaiteraient s’initier aux produits naturels et trouver leur routine. Je suis touchée d’éveiller cet intérêt, à travers mes mots, mes expériences, mes photographies peut-être. De transmettre cette passion. Inspirée par certaines de leurs questions, j’ai voulu écrire cet article pour toutes celles (et tous ceux, éventuellement), qui désirent s’initier aux ingrédients naturels, fabriquer leurs propres cosmétiques (capillaires), découvrir cet univers alliant beauté et respect de la nature, en abordant des questions d’aspect technique et pratique.

Quel est l’investissement de départ ? Est-ce rentable à long terme ?
Par où commencer ? Où trouver ses composants ?
Est-ce difficile ? Quelles sont les bases dans la fabrication de ses premiers produits ?
Au bout de combien de temps les résultats bénéfiques seront-ils visibles ?




Quel est l’investissement de départ ? 
Est-ce rentable à long terme ?

.... Comme les créations personnelles sont constituées, en majorité (sauf la base lavante), de matières premières brutes, il faut posséder les ingrédients nécessaires. Cela demande un petit investissement, afin de se composer un trousseau avec le strict minimum d’huiles végétales, de poudres actives, et de produits divers, que l’on complète, adapte, et enrichit au fil du temps, comme une collection, des séries de découvertes passionnantes.
En moyenne, il faut calculer dans les 40 euros. Pour acheter une base lavante. Deux huiles végétales. Du henné. Des poudres actives (phytokératine). Éventuellement une huile essentielle. Du gel d’aloé véra. Les ingrédients quasiment universels, qui conviennent à la majorité des cheveux et sont réputés pour leurs bienfaits.

.... A long terme, la chose est rentable si l’on s’en tient à des commandes nécessaires et raisonnables. Comme dans tous les domaines, il est possible de faire des excès, des plaisirs, de craquer, de s’offrir des cadeaux, de tester. Mais si l’on comptabilise uniquement le minimum, un flacon d’huile, des sachets de poudre (sauf le henné, utilisé en grande quantité), des compte-gouttes, durent plus d’un an. Parce que l’on ajoute seulement une culière à café dans ses préparations. Seule la base lavante se renouvelle plus fréquemment. Tout dépend de la quantité de shampoing que vous utilisez.
Mais en raison de la grande qualité des créations personnelles, naturelles, vous restez largement gagnantes sur votre budget, par rapport à la consommation d’un produit industriel.


Par où commencer ? 
Où trouver ses composants ?

.... Il faut tout d’abord délimiter ce dont vous avez besoin. Connaître les ingrédients les plus adaptés (dans un premier temps, ensuite on ajuste, on essaye, on valide ou on oublie) à votre nature de cheveux, à vos objectifs.
Vous pouvez, si vous le souhaitez, répondre au questionnaire de routine, et me l’envoyer par e-mail à advitam . aeternam [at] live . fr . Je vous répondrais dès que possible.

.... Pour ma part, j’ai passé des heures sur le site d’Aroma Zone, car il comporte des fiches détaillées de chaque produit. Je comparais leurs propriétés en effectuant des recherches sur Google, visitant d’autres sites, lisant des témoignages. Au début, j’ai tâtonné. J’avais acheté, par exemple, de la glycérine végétale, qui ne m’apportait rien de particulièrement positif. J’ai tenté l’huile végétale de baobab, et celle de coco, réputées, qui n’ont pourtant pas eus les effets escomptés sur mes cheveux. Chaque cas est unique. Spécifique.

.... Pourtant, il existe des ingrédients de base, incontournables, qui vont à tout le monde : la base lavante neutre, la phytokératine, le gel d’aloé véra, la vitamine B5 (Panthénol), la vitamine E (conservateur pour huiles végétales), et un conservateur pour cosmétiques (extrait de pépin de pamplemousse ou naticide). A vous de personnaliser le reste. De choisir vos huiles végétales et essentielles, selon vos besoins. D’ajouter des protéines de riz, de la spiruline, des décoctions de plantes, du henné, des algues diverses en gel ou poudre, afin de répondre à vos attentes. Tout est possible. La liberté est totale. C’est le plus grand avantage.

.... Ces produits se trouvent majoritairement par correspondance. Même s’il y a des frais de port jusqu’à un certain montant, ils seront généralement de meilleure qualité, moins chers au détail. Je me fournis chez Aroma Zone depuis des années, parce que leurs produits sont 100% naturels, certifiés One Voice, Ecocert, que leur services m’ont toujours satisfaite. A vous d’essayer peut-être plusieurs sites, avant de trouver celui qui vous convient le mieux.



Est-ce difficile ? 
Quelles sont les bases dans la fabrication de ses premiers produits ?

.... Je conseillerais à tout le monde de commencer par le plus simple, mais aussi le plus fréquent, le plus utile : votre shampoing.
La préparation ne demande pas de cuisson au bain marie, ou d’ustensiles spécifiques. On se débrouille très bien avec des cuillères, un gobelet et un flacon comme contenant. Il suffit d’avoir une bonne hygiène (se laver les mains, manipuler les produits avec précaution…).
Vous y trouverez de nombreux avantages, comme je l’explique dans cet article.

.... Pour savoir comment fabriquer un shampoing, je vous renvoie au lien d’une de mes recettes. Vous y verrez aussi des ingrédients de base. Et d’autres, plus personnalisés. 

.... L’avantage, avec le shampoing, est que l’on peut utiliser les même ingrédients pour fabriquer des masques, nourrir ses cheveux, sans que cela ne coûte quoique ce soit ou ne nécessite d’autres ingrédients. Ce sont des masques liquides, à conserver quelques jours, ou à appliquer directement. Voilà un exemple de recette : masque rapide pour cheveux secs. Je mets plus d’ingrédients actifs que dans un shampoing, pour une quantité moindre.

.... Lorsque vous êtes à l’aise avec les ingrédients, si ces confections vous passionnent, que vous souhaitez y consacrer plus de temps, et apprendre encore d’avantage, vous pouvez passer aux préparations plus délicates. Les masques, après-shampoings, crèmes, ayant une texture semblable à celles des produits que vous pourriez acheter chez un professionnel. Voilà un exemple de recette, d’un masque réussi, à la spiruline.

.... Mais chaque chose en son temps. On débute, on découvre, et ensuite, on approfondit, on s’améliore. Attendez d’abord de connaître vraiment les ingrédients que vous aimez, qui vous réussissent.


Au bout de combien de temps 
les résultats bénéfiques seront-ils visibles ?

..... Il n’y a rien à perdre, au contraire. Les résultats viennent très rapidement. Je le vois sur les cheveux de mes proches. Dès la première utilisation d’un shampoing riche en ingrédients, il y a des améliorations dans la texture, la brillance, la densité. Et par conséquence, la couleur, la nature (gras, secs…).

.... Je vous invite à consulter mon historique de cheveux sur la page consacrée. Pendant cinq ans de « mauvais traitements », leur longueur a stagné aux épaules, les pointes criblées de fourches. J’en avais même honte, sans me résoudre à les couper. En deux mois de masques, shampoings naturels et hennés, leur apparence avait radicalement changée. Leur croissance a repris.
Aujourd’hui, trois ans après, j’ai trouvé les produits qui me correspondent parfaitement.

.... Tout dépend de l’état de vos cheveux. Mais à chaque utilisation, à chaque semaine qui passe, leur santé, leur beauté devient de plus en plus visible. Et surtout, nous sommes récompensées par la rapidité de leur croissance. Chose que je ne n’avais plus la chance de connaître auparavant.

Libellés :